La Une

CAMWATER : 1000 milliards de FCFA pour améliorer la desserte en eau potable

Le conseil d’administration a approuvé un programme d’investissement triennal dont la réalisation devrait permettre d’améliorer de manière significative l’offre en eau potable.

Le secteur d’eau sera un vaste chantier au cours de la période 2023-2025, avec des travaux de réhabilitation et de construction des infrastructures de production et de distribution d’eau potable à travers le territoire national. Réuni en sa 42è session, le conseil d’administration a approuvé un plan d’investissement triennal de 988 milliards de FCFA (1,6 milliard de dollars), apportant ainsi son onction à la vision herculéenne du directeur général de la Cameroon Water Utilities Corporation  (CAMWATER) Blaise Moussa, dont l’arrivée il y a trois mois à la tête de cette entreprise publique fait déjà enregistrer une nette amélioration dans la distribution de l’eau potable.

Selon des informations officielles, l’implémentation de ce plan de développement vise la réhabilitation des infrastructures existantes et la construction des nouveaux équipements devrait permettre d’améliorer l’offre en eau potable qui se situe autour de 50% actuellement. Depuis une dizaine d’années, CAMWATER n’avait plus entrepris des programmes d’investissement d’envergure, ce qui laisse croire que l’arrivée des nouveaux dirigeants, notamment le directeur général son adjoint a permis à l’entreprise de redynamiser les activités de production et de distribution d’eau potable.

« Le conseil d’administration, après examen des enjeux contenus dans le programme prioritaire quinquennal d’investissement proposé par le directeur général, dont la première phase couvre la période 2023-2025 et porte sur un montant d’investissement d’environ 988 milliards de FCFA consacrés à l’achèvement et la clôture des projets en cours d’exécution, ainsi qu’à la maturation des futurs projets, l’a validé à l’unanimité », précise le communiqué.

Au regard des difficultés d’approvisionnement en eau potable pour satisfaire les 500 000 abonnés du fait des dysfonctionnements techniques et opérationnels, la réalisation de ce plan d’investissement serait assimilé à une « révolution ».

« Nous ressentons un petit changement dans la distribution d’eau potable, car depuis deux mois environ, l’eau a commencé de nouveau à couler en journée, ce que nous n’avons plus vu au cours des cinq dernières années », témoignent certains habitants de la ville de Douala. D’après ces derniers « non seulement l’eau coule de plus en plus, mais la pression également est forte, notamment la nuit où tous les robinets coulent au même moment » ont-ils ajouté, en espérant que « le retour de l’eau n’est pas un feu de paille et que cette normalisation s’inscrit dans la durée ».  

Le déploiement en cours des équipes techniques de la CAMWATER dans les dix régions du pays atteste de la vision futuriste du top management qui voudrait inverser cette tendance devenue récurrente de voir des habitants de Douala, Yaoundé et d’autres villes du pays prendre l’assaut des forages, des puits, des marigots à la recherche de l’eau. Une eau dont on peut émettre des réserves sur sa potabilité, mais dont l’insuffisance de l’offre en eau potable pousse malheureusement la population à se ravitailler comme elle peut.

Selon les chiffres du Ministère de l’Energie et de l’Eau (MINEE), la CAMWATER compte 96 stations de traitement et 32 stations de reprise pour une capacité installée de 824 456 m3/jour et d’une capacité totale de stockage de 267 834 m3. Le mauvais état desdites infrastructures limite la capacité opérationnelle de l’entreprise, engendrant des coupures récurrentes surtout qu’en même temps il faut faire face à une forte demande due à la pression démographique.

Des désagréments que la nouvelle équipe dirigeante s’emploie à trouver des solutions idoines, et qui seront renforcées avec l’implémentation du nouveau programme d’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *