Economie et Finance

CEMAC : Bonne moisson pour le financement des projets intégrateurs

La seconde édition de la Table ronde de Paris (France) organisée par les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) les 28 et 29 novembre 2023 en vue de mobiliser des financements pour la réalisation des projets intégrateurs s’est terminée sur une note d’espoir. En effet, des promesses obtenues pour l’implémentation du Programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Pref-Cemac) vont au-delà des attentes.

Sur un montant recherché de 4 803 milliards de FCFA (7,3 milliards d’euros), les Etats de la CEMAC sont repartis avec des « engagements fermes » de financement de 6 034 milliards de FCFA (9,2 milliards d’euros), soit un taux de souscription de 104%. Ces financements viendront s’ajouter aux 993 milliards de FCFA (1513 millions d’euros) mobilisés en amont de cette table ronde des partenaires au développement. Faut-il le préciser, le budget arrêté lors de la 15e session ordinaire de la Conférences des Chefs d’Etat de la CEMAC, tenue le 17 mars 2023 à Yaoundé s’élève à 5 795 milliards de FCFA (8835 millions d’euros.

Selon nos informations, en plus des partenaires au développement habituels qui accompagnent les pays de la CEMAC dans la réalisation des projets intégrateurs, l’on a noté une forte présence des investisseurs du Golfe d’où l’on a d’ailleurs enregistré des promesses de financement les plus importantes. La délégation de la CEMAC conduite par le Président de la Centrafrique, Faustin Archange Touadera était composée entre autres, des Ministres des Finances des pays de la CEMAC, du Président de la Commission de la CEMAC et de certains premiers responsables des institutions sous régionales.

Rappelons que les projets à financer sont : l’aménagement du corridor Pointe-Noire-Brazzaville-Ouesso-Bangui-Ndjamena (Congo-RCA-Tchad), phase 2 ; l’aménagement et le bitumage de la route Kélo-Pala-Léré-Frontière Cameroun (Tchad-Cameroun) ; l’aménagement et le bitumage de la route Kougouleu-Medouneu-Akurenam, tronçon Kougouleu-Medouneu sur un linéaire de 168 km (Gabon-Guinée-Equatoriale) ; l’aménagement et le bitumage de la route Garoua-Boulaï-Baboua sur le Corridor 2 (Cameroun-RCA)  ; la construction du prolongement du chemin de fer entre N’Gaoundéré et N’Djamena (Cameroun-Tchad) ; la construction de la route Ndende-Dolisie du corridor Libreville-Brazzaville (dernière phase) (Gabon-Congo) ; la construction des voies d’accès routier au pont route-rail (Congo-RDC) ; l’aménagement fluvial et portuaire sur le fleuve Congo et ses affluents (Congo-RCA) ; la connexion électrique Grand Poubara et Imboulou (580 km) (Gabon-Congo) ; l’interconnexion électrique entre le Cameroun (Bertoua) et la RCA (Boali). La construction d’un port sec à Ebebiyin dans la zone des trois frontières (Cameroun-Guinée-Equatoriale-Gabon) ; la construction du port sec de Ngueli (Tchad-Cameroun). Enfin l’appui au développement de la filière bois dans le bassin du Congo (Cameroun-Congo-Gabon-RCA-Guinée-Equatoriale).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *