Entreprise et Marché

Organisation patronale : GICAM et ECAM donnent naissance au  GECAM

La fusion actée au terme d’une assemblée générale constitutive le 14 décembre 2023.

En principe, l’on ne devrait plus parler du Groupement interpatronal du Cameroun (GICAM), ni d’Entreprises du Cameroun (ECAM), puisque les deux organisations patronales ont fusionné pour donner naissance à Groupement des entreprises du Cameroun (GECAM). L’acte constitutif de la nouvelle organisation patronale a été adoubé le 14 décembre 2023 à Douala, au cours d’une assemblée générale des adhérents sous les auspices des présidents des deux organisations patronales citées en sus, en l’occurrence, Célestin Tawamba pour le GICAM et Protais Ayangma pour ECAM.

Cette fusion-création voulue par les deux présidents et leurs affidés, heurtent malheureusement la sensibilité des plusieurs membres qui militent plutôt pour une fusion-absorption. Une fusion que des opposants à cette formule au sein du GICAM décrivent comme « une tentative de passage en force » orchestrée par Célestin Tawamba. Autant dans la première option il s’agit manifestement d’une nouvelle organisation permettant notamment au président du GICAM de se représenter à la tête de la nouvelle organisation, autant la seconde option le mettrait hors course car conformément aux textes en vigueur, il ne peut plus briguer la présidence de cette organisation patronale pour avoir déjà fait deux mandats consécutifs.

Tout laisse croire qu’au regard des idéologies qui s’affrontent avec entre autres des dossiers pendants devant les tribunaux, des contestations, des affrontements et autres batailles juridiques vont se poursuivre et l’unité tant clamée pourrait très rapidement voler en morceaux. Traduction, la création du GECAM est loin d’être actée. Autrement dit, l’unité recherchée par les « réformistes » pourrait plutôt entrainer l’implosion du mouvement patronal d’autant qu’en dehors des deux principaux camps qui s’affrontent ouvertement, apparait déjà une troisième voie, voire une quatrième tendance.

Autant le dire, des positions des pour et des contre sont si tranchées qu’il sera difficile aux deux camps de poursuivre l’aventure ensemble. Vivement que le GICAM-ECAM-GECAM sorte rapidement des querelles byzantines pour se consacrer à sa principale mission, la création de richesses car en définitive, ce n’est pas le contenant qui important, mais le contenu.

Faut-il le préciser, les deux principaux acteurs ayant débouché à la naissance du GECAM, en l’occurrence, Protais Ayangma et Célestin Tawamba avaient claqué la porte du GICAM en 2008 pour décrier une « transition factice » pour créer ECAM, devenant respectivement président et vice-président de ce mouvement patronal. Moins d’une décennie, le second allait retrouver le GICAM, et entrepris des négociations avec son compagnon de route pour la fusion des deux organisations afin de donner une meilleure représentativité au patronat auprès des instances nationales et internationales

Communiqué de presse

La signature d’un communiqué de presse par les co-présidents du GECAM, Célestin Tawamba pour le GICAM et Protais Ayangma pour ECAM est sensé ouvrir une nouvelle ère pour le patronat.

« Il est porté à la connaissance de l’opinion publique nationale et internationale que ce jour 14 décembre 2023, s’est tenue l’assemblée générale constitutive du Groupement des entreprises du Cameroun en abrégé (GECAM). Cette nouvelle organisation est issue de la fusion GICAM et de E.CAM ainsi dissouts, fédère désormais au sein d’une entité unique, les adhérents des deux organisations d’employeurs les plus représentatives du Cameroun jusqu’alors.

En regroupant les forces et les compétences complémentaires du GICAM et E.CAM, le Groupement des entreprises du Cameroun deviendra une force motrice pour l’économie camerounaise car en meure de représenter et défendre les intérêts de ses membres plus efficacement au vu de sa représentativité et de son inclusion.  

Nous sommes conscients que cette fusion stratégique et historique ouvrira de nouvelles opportunités pour les entreprises du Cameroun avec l’espoir à terme de renforcer la compétitivité de l’économie nationale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *