Banques

BEAC : Le poste du Gouverneur désormais vacant

Depuis le 06 février 2024, le poste du gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) est vacant. C’est la conséquence directe de la forclusion du mandat du Tchadien Abbas Mahamat Tolli nommé le 24 février 2017 à la tête du Gouvernement de la Banque centrale par la conférence des chefs d’Etat de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) « pour un mandat de sept ans non renouvelable », « à compter de la date effective de prise de service ». Ceci en application des dispositions des articles 51 alinéa 3 et 51.4 des statuts.

Dans une correspondance ayant pour objet « arrêt des activités de monsieur le gouverneur » datée du 06 février 2024 adressée aux membres du gouvernement de la BEAC, le Directeur général du contrôle général (DGCG), Blaise Eugène Nsom, s’appuyant sur ses « prérogatives » en tant que « garant du strict respect des textes auxquels la banque est assujettie, et ce, par toutes les parties prenantes », rappelle les conditions de « nomination, la durée précise et les aspects relatifs à la gestion de la vacance du poste du gouverneur de la BEAC ».

Traduction, « il y a donc vacance du poste de gouverneur de la BEAC, et ce, dès le 07 février 2024 au matin. En conséquence de ce défaut de mandat, qui constitue plus qu’un cas d’empêchement ou une absence temporaire du gouverneur, de plein droit et automatiquement, le vice-gouverneur supplée le gouverneur dans l’exercice de ses fonctions en vertu des dispositions de l’article 52 des statuts ».

Autrement dit, la continuité des services sera assurée puisque le « Gouvernement est régulièrement habilité à diriger la BEAC et à la faire fonctionner normalement en conformité avec les règles statutaires et les usages appropriés » précise le DGCG, non sans insister sur « le strict respect de ces mécanismes dans un environnement fragile du fait d’incertitudes multiples, est une condition de la bonne continuité des activités de la BEAC jusqu’à la désignation de son gouvernement complet ».

Sur la base des réformes intervenues au sein de la Banque centrale avec la rotation des postes pour les principaux dirigeants des institutions sous-régionales, et selon par ordre alphabétique, le poste du gouverneur de la BEAC échoit à la Centrafrique pour les sept prochaines années.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *