Banques

Coopération : le Cameroun et la BAD veulent densifier leur partenariat

Le gouvernement camerounais et la Banque africaine de développement (BAD) ont annoncé leur volonté de renforcer leur coopération alors que le pays engagé sur le chemin de l’émergence a besoin de financement pour atteindre cet objectif. Dans cette perspective, la BAD qui a investi plus de 328 milliards de FCFA au Cameroun en 2023, pourrait revoir sa cagnotte à la hausse au terme de l’exercice 2024.

Les axes de coopération ont été explorés le 14 février dernier entre le Ministre des Finances, Louis Paul Motaze et le Directeur général de la BAD pour l’Afrique centrale et responsable pays, Serge N’Guessan. Les deux parties qui ont passé en revue les grands axes de l’économie camerounaise ont mis un accent sur la transformation structurelle, l’amélioration de la qualité de vie de la population, les questions de gouvernance, plus particulièrement sur la communication de ce qui se fait de bien au Cameroun en termes de réformes.

Classé parmi les principaux partenaires au développement du Cameroun, la BAD intervient dans plusieurs secteurs de l’économie nationale. « En plus de ces appuis, c’est beaucoup plus l’efficacité de la dépense camerounaise et de la mise en œuvre du budget d’investissement public du Cameroun dont il est question. Ce dernier est beaucoup plus important en termes de volume que les apports des partenaires techniques et financiers et doit être la boussole qui va permettre aux Camerounais de sentir les efforts de l’Etat dans leur vie au quotidien », indique la BAD.

Avec une trentaine de projets actifs, la Banque africaine de développement conforte ainsi sa position comme l’un des principaux partenaires de développement du Cameroun. En 2023, le portefeuille des opérations du groupe de la BAD s’élève à près de 1500 milliards de FCFA, (2,5 milliards de dollars). Cette enveloppe englobe des projets couvrant plusieurs secteurs de production, entre autres, l’agriculture, la santé, l’éducation, l’eau, l’énergie, les transports et les infrastructures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *