Culture et Société

Entrepreneuriat féminin : Des parchemins pour des jeunes entrepreneures

La cérémonie de graduation de la première cuvée de l’Academy for women entrepreneurs (AWE) Cameroon s’est déroulée le 27 mars 2024.

Fin de formation pour les cinquante jeunes femmes entreteneurs ayant bénéficié depuis le mois d’octobre 2023, d’un encadrement dans divers secteurs de production entre autres, l’agriculture, la couture, la coiffure, le digital, l’élevage, l’agro-pastoral, les techniques industrielles, sous l’égide de l’ambassade des Etats-Unis au Cameroun. Pour cette première édition, ces jeunes femmes entrepreneures ayant au minium un niveau universitaire ont été sélectionnées dans huit régions du pays exceptées le Nord-ouest et le Sud-ouest, avaient pour marraine, Valérie Neim, Directrice générale de Brazzatransactions, elle-même ancienne lauréate.

Elle a situé le contexte de l’AWE dont les objectifs permettent aux participantes non seulement de bénéficier d’une formation dans divers métiers, mais également de favoriser des partenariats d’affaires sans oublier l’accès aux financements pour le développement de leurs activités. « Nous sommes heureux de vous accueillir à cette cérémonie car nous sommes ici pour bâtir l’avenir. Nos remerciements à l’ambassade des Etats-Unis pour son soutien constant, mais aussi à tous ceux qui directement ou indirectement ont contribué au succès de cet événement. Ces jeunes filles ont la chance de pouvoir s’insérer dans le monde professionnel. Prenez l’exemple de votre maman, Madame Kate Fotso, héros pour plusieurs hommes, femmes et enfants qui croient en l’entrepreneuriat », a-t-elle indiqué.

Une cérémonie assez courue, où ces jeunes femmes entrepreneures, ont pu notamment s’abreuver à l’expérience et au savoir-faire des ainées, dont des témoignages constituent devraient servir d’aiguillon dans un monde des affaires qui est loin d’être un long fleuve tranquille. Pour Michaël O’Bryon, Directeur antenne de l’ambassade des Etats-Unis à Douala, « les Etats-Unis sont engagés depuis longtemps pour l’égalité de chance. L’entrepreneuriat peut transformer les vies. Nous sommes contents de participer à l’autonomisation des femmes. Le programme AWE permet aux femmes de se former et de prospérer dans le monde des affaires. Cette formation que vous avez reçue est le début d’un nouveau challenge. La réussite entrepreneuriale est rarement une ligne droite. Ensemble, veillons à ce que ces femmes entrepreneures s’épanouissent et que leurs contributions soient significatives pour le développement de l’économie camerounaise ».

La déléguée des jeunes femmes entrepreneures a exprimé les remerciements de cette cuvée à l’ambassade des Etats-Unis, la marraine, les formateurs et tous ceux qui ont œuvré pour la réussite de leur formation. En sa qualité d’invitée spéciale, Kate Fotso, Présidente fondatrice de Telcar Cocoa, et l’un magnats des affaires au Cameroun et en Afrique, a bien voulu partager sa riche expérience et son savoir-faire avec ces jeunes en quête repères.

« Il y a quelques années, je rêvais comme vous de réaliser quelque chose dans les affaires. Au-delà de l’ambition, il faut avoir la stratégie et définir des objectifs. Jeunes femmes entrepreneures, la porte vous est ouverte. A vous de choisir ou non d’entrer dans le monde du business. Certains vous apprécient, d’autres non, d’autres vous découragent. C’est à chacune d’entre vous d’être déterminée pour atteindre des objectifs que l’on s’est fixé surtout que vous devez gérer des influences de toutes sortes. L’autocritique est nécessaire. Il faudra aussi tenir compte de l’environnement, de la culture, du contexte. Les difficultés vous font avoir du caractère, de la conviction, de la résilience et peuvent vous amener à plus de détermination pour plus de professionnalisme. Les affaires, ce n’est pas un long fleuve tranquille ou une ligne droite. Mais il faut savoir ce qu’on veut. Ayez pour leitmotiv, la vision, la volonté, la victoire », a-t-elle insisté.

De manière générale, les conseils leurs ont été prodigués par des personnes servant de modèles, de même qu’elles ont reçu des engagements fermes des partenaires à l’instar de la BANGEBank-Cameroun de financer des activités, notamment celles liées à l’agriculture, à l’élevage ou à l’agro-business. Reste à ces jeunes entrepreneures d’implémenter des connaissances acquises sur le terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *