Entreprise et Marché

Camair-Co : La conquête de l’Afrique se précise

C’est une vraie montée en puissance pour la Compagnie nationale aérienne du Cameroun (Camair-Co. Après la densification de son réseau intérieur à travers un bon maillage du territoire national, « l’Etoile du Cameroun » est repartie à la conquête du ciel africain. Après Ndjamena au Tchad, Bangui en Centrafrique et Libreville au Gabon, sont prévues en mai prochain, les escales de Brazzaville et Pointe-Noire au Congo et Malabo en Guinée équatoriale. Avec ce chronogramme, la boucle sera ainsi bouclée pour les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Mais la conquête du marché continental devrait se poursuivre avec l’escale de Kinshasa en République démocratique du Congo qui devrait être opérationnelle au cours du deuxième semestre de l’année.

D’après des sources internes à l’entreprise, le plan d’exploitation se poursuivra en Afrique de l’ouest avec l’ouverture prévue le 15 mai 2024 de la desserte de Cotonou au Bénin, tandis que sont dans les starting-blocks, des escales de Lagos et d’Abuja au Nigeria. En attendant d’autres précisions sur son positionnement dans cette partie du continent, ce redéploiement du pavillon national constitue une véritable reconquête de l’espace aérien africain, après une interruption de deux ans due à des difficultés financières.

Selon toute vraisemblance, l’Etat-actionnaire qui a récemment procédé à une injection de fonds semble déterminer pour redonner une nouvelle dimension à Camair-Co, et donc les prouesses managériales sous les auspices du Directeur général, Jean Christophe Ela Nguema commencent à produire des résultats palpables.  

La reconquête du marché africain, notamment cette région dénommée la « Côtière » qui devrait s’étendre, est soutenue par le renforcement de la flotte avec l’acquisition d’au moins deux aéronefs Bombardier Q400 expérimentés en leasing qui viendront s’ajouter aux aéronefs existants. Ce déploiement comprend également la création d’un « centre de maintenance, d’un centre de formation, d’une unité d’assistance au sol et le lancement d’un service de catering », souligne la direction générale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *