Economie et Finance

Commerce extérieur : Le déficit commercial dépasse 2000 milliards de FCFA  

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’économie camerounaise dont la dégradation de balance commerciale est non seulement chronique mais s’accentue au fil du temps. Dans un rapport publié le 8 mai 2024, l’Institut national de la statistique (INS) renseigne qu’au terme de l’exercice 2023, le déficit de la balance commerciale s’est élevé à 2 004 milliards de F CFA contre 1 428 milliards de F CFA en 2022. Il enregistre ainsi une hausse de 576 milliards de F CFA, soit 40,3% par rapport à l’année précédente.

« Cette dégradation prononcée du solde commercial résulte de la baisse des recettes d’exportations de 495 milliards de F CFA (14,2%), combinée à la hausse des dépenses d’importations de 81 milliards de FCFA (1,7 %). Une forte dépendance au pétrole brut et au gaz naturel qui représentent 52% des exportations Hors pétrole brut, le solde commercial devient de plus en plus négatif : le déficit se chiffre à 3 131 milliards FCFA, soit une aggravation de 188,2 milliards de FCFA (6,4% par rapport à l’année 2022) », précise l’INS.

Pour l’année qui s’est achevée, les dépenses d’importations ont connu une augmentation de 1,7% en glissement annuel pour atteindre 4 993 milliards de FCFA. « Ces dépenses d’importations sont principalement alimentées par l’achat des produits minéraux » puisque ces derniers représentent un poids de 26,5% des dépenses d’importations totales dont 22,6% constitué des carburants et lubrifiants et 1,8% pour le clinker. Par ailleurs, la baisse importante des recettes d’exportations favorisée par le recul des recettes des huiles brutes de pétrole et du gaz naturel liquéfié, soit -14,2% par rapport à 2022.

Depuis 2017, à l’exception de l’année 2020, les recettes d’exportations augmentaient de façon continue. Pourtant en 2023, les huiles brutes de pétrole ont connu une chute de -25,6% tandis que les huiles brutes de pétrole qui représentent 37,7% des recettes totales des exportations ont enregistré une baisse importante de 25,6% en glissement annuel. Pour sa part, des recettes d’exportations du gaz naturel liquéfié ont baissé de 33% représentant ainsi 14,1% du total des recettes d’exportations.

Le déficit de la balance commerciale aurait pu être plus prononcé n’eut été la bonne tenue du cacao brut en fèves et ses dérivés marquée par une hausse de ses exportations de 12,9% en glissement annuel ce qui a permis de générer une recette de 359,1 milliards de FCFA, soit 12 % du total des recettes d’exportations. En tenant compte également de ses produits dérivés que sont les pâtes et les beurres, il en ressort que le cacao reste un acteur majeur dans la dynamique économique du pays, avec 5,2% des recettes totales d’exportation. Autre point de satisfaction, le bois scié et coton brut dont les recettes d’exportations sont respectivement évaluées à 199,1 milliards de FCFA (6,7%) et 147,9 milliards de FCFA (4,9%) des recettes globales.

Au regard de la configuration de l’économie nationale, « le Cameroun devrait élargir et diversifier son panier de produits d’exportations pour assurer une bonne dynamique de ses échanges », constate l’INS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *