Banques

Transfert de fonds : La CDEC accentue la pression sur les banques

Les banques ont jusqu’au 31 mai 2024 pour transférer des fonds de dépôts et consignation à cet organisme dédié.

C’est un véritable coup de semonce que la Caisse des dépôts et consignations du Cameroun (CDEC) a adressé aux banques le 13 mai, puisque les établissements d’épargne et de crédit ont jusqu’à la fin de ce mois pour transférer volontairement les fonds et avoirs dévolus à la CDEC conformément au décret du Premier ministre du 1er décembre 2023 et précisant les modalités de transfert. C’est pour éviter des désagréments que le Directeur général de la CDEC, Richard Evina Obam, a initié une séance de travail avec l’Association professionnelle des établissements de crédit (APECCAM) pour faire le point sur les fonds à transférer et arrêter les modalités de transfert.  

Plus l’on se rapproche de la date, plus l’on se rend à l’évidence que les banques ne s’empressent pas pour se conformer. « C’est donc l’occasion pour nous de commenter ce décret afin qu’on ait la même compréhension, une bonne appropriation de ce décret et surtout faire le point sur les préalables effectués de part et d’autre, la CDEC et les banques, pour que la date du 31 mai 2024 soit respectée et que les fonds et valeurs dévolus à la CDEC soient effectivement transférés », a indiqué Richard Evina Obam.

Selon toute vraisemblance, les Pouvoirs publics ne seraient pas favorables pour une autre rallonge étant donné qu’il est temps pour que la CDEC puisse véritablement se déployer. Et pour cause, « je voudrais rappeler que la CDEC a été créée en 2008 et les organes sociaux mis en place en 2023. Cela a conféré aux banques et autres acteurs 15 ans d’un moratoire de fait ». A date, certaines banques ont déjà procédé à des déclarations et transferts, ce qui a amené le Directeur général de la CDEC à encourager les banques et autres acteurs non bancaires à emboiter le pas à « ceux qui ont été exemplaires en procédant spontanément au transfert ».

Pour le vice-président de l’APECCAM, Jean-Paul Missi, par ailleurs Directeur général du Crédit foncier du Cameroun (CFC), il faudrait un délai d’observation supplémentaire pour que des comptes dits dormants soient revus. De même, il a souhaité un moratoire pour le transfert des fonds et que des modalités spécifiques soient accordés à chaque établissement dans l’optique de garantir la sécurité des ressources qui, bien que se trouvant dans les banques, ne sont pas la propriété de ces dernières, mais celles de leurs clients.

Créée en 2028, la CDEC est devenue opérationnelle en 2023 avec la nomination de ses premiers dirigeants. Le moratoire de six mois accordé par le décret du Premier ministre du 1er décembre 2023 ne devrait plus être prorogé d’après la CDEC qui invoque la mise en œuvre d’une réforme, d’un planning, et d’un business plan à exécuter, ce qui pourrait la pousser à passer à la phase répressive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *