Economie et Finance

Loi de finances : Réajustements du budget de l’Etat

Le budget de l’Etat va connaitre des réajustements au cours du second semestre de l’année suite à une ordonnance du Président la République Paul Biya publiée le 20 juin 2024. L’acte du Chef de l’Etat revoit certaines dispositions de la Loi de finances ce qui fait passer l’enveloppe globale à 7 278,1 milliards de FCFA contre 6740,1 milliards de FCFA, soit une hausse de 538 milliards de FCFA.

Les grandes lignes de cette modification de la loi de finances qui intervient pour la 8ème année consécutive disposent que les dépenses courantes connaissent une progression de 581 milliards de FCFA pour se situer à 5608 milliards de FCFA contre 5 027 milliards de FCFA tandis que les recettes de l’Etat passent de 5190,1 milliards de FCFA à 5235,1 milliards de FCFA, soit un accroissement de 45 milliards de FCFA.

Ainsi, dans le collectif budgétaire 2024 modifiant et complétant certaines dispositions de la ladite loi des finances, le Cameroun fera face à une demande de financement de sa trésorerie de 1977,4 milliards de FCFA soit un ajustement de 488 milliards de FCFA. Une lecture détaillée du texte présidentiel renseigne que le marché financier devrait enregistrer une baisse de 95 milliards de FCFA passant de 375 milliards de FCFA à 280 milliards de FCFA, les prêts sur projets multilatéraux passent de 357,3 milliards de FCFA à 308,5 milliards de FCFA. De même le Cameroun devrait lever 271 milliards de FCFA auprès des gouvernements non membres du Club de Paris, contre 313 milliards de FCFA. Les 2070 milliards de FCFA amputés dans le financement de sa trésorerie sont couverts à travers des prêts projets, des appuis budgétaires attendus auprès des bailleurs de fonds, notamment dans le cadre du programme économique et financier conclu avec le Fonds monétaire international (FMI).

Concernant les recettes, le budget global enregistre une hausse de 45 milliards de FCFA, les recettes fiscalo-douanières devraient s’établir 3 998,7 milliards de FCFA, les recettes pétrolières à 801 milliards de FCFA, puis, les dons, les legs et les recettes exceptionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *