Entreprises et Marchés

Accès à la commande publique : Le manque de transparence plombe les PME

La structuration de l’économie camerounaise selon l’Institut national de la statistique (INS) démontre que plus de 95% du tissu économique repose sur les Petites et moyennes entreprises (PME). Mais ces unités de production font face aux problèmes de toutes sortes, notamment l’absence de financement qui impacte sur leurs activités, réduisant leur durée de vie.

L’étude menée par la Banque mondiale (BM) sur l’accessibilité des PME aux marchés publics, notamment les Bons de commande administratifs (BCA) concernant 534 Petites et moyenne entreprises de tous secteurs d’activités, dont 71,3% dans les services, 21,5% dans les bâtiments et travaux publics, 4,3% dans le commerce, 1,9% dans l’industrie agroalimentaire et 1% dans divers autres secteurs ont permis de comprendre davantage la situation. Ainsi, il ressort un flou sur le système d’attribution des BCA, puisque 94% de marchés attribués aux PME sont jugés non transparents. Sur le banc des accusés, la corruption des agents publics, l’absence de concurrence, l’asymétrie d’information entre les mesures prises par l’Etat pour améliorer l’accès des PME aux marchés publics et l’appropriation effective desdites mesures par ces dernières, l’étroitesse de la surface financière des PME, l’insuffisance de formation et d’information sur les procédures de passation des marchés publics, sans oublier le coût élevé d’accès à la commande publique.

Selon l’étude, sur la période 2020-2023, le montant de la commande publique s’est élevé à 3 358 milliards de FCFA, dont 2 747 milliards de FCFA pour les marchés publics et 611 milliards de FCFA pour les bons de commande administratifs (BCA). Sur le montant total de la commande publique, les petites et moyennes entreprises ont obtenu 2032 milliards de FCFA, ce qui représente 61% de la commande publique contre 1 326 milliard de FCFA pour les autres types d’entreprises, soit 39% des marchés attribués.

« Ces données montrent que depuis quelques années, la part des PME dans la commande publique s’est considérablement améliorée grâce notamment à l’instauration des BCA. Mais cet effort dans l’attribution des marchés aux PME n’a pas encore l’impact escompté sur le tissu économique du pays en termes de compétitivité et de diversification économique. Ceci pourrait expliquer la nature des prestations pour lesquelles les PME sont davantage sollicitées », note le rapport.

Autrement dit, « si le nombre de PME n’a cessé de croître comme l’ont démontré les statistiques, il reste que la richesse créée par ces Pme est encore très insuffisante. La part des PME dans le chiffre d’affaires globale reste encore très faible. Cette situation mérite d’être soulignée et surtout appuyée par tous les acteurs de la chaîne des marchés publics. Pour grandir, les PME camerounaises ont impérativement besoin d’un appui multidimensionnel des pouvoirs publics qui viserait la création d’un écosystème vertueux. Les marchés publics pourraient être l’un de levier pour les booster. », indique le rapport. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *