Entreprises et Marchés

Gabon : une société de garantie pour faciliter les financements des PME

Une nouvelle structure pour faciliter l’accès des Petites et moyennes entreprises (PME) au financement bancaire est désormais opérationnelle à travers la Société de Garantie du Gabon (SGG). Filiale du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), elle a lancé ses activités le 14 novembre 2022. Parmi ses missions, proposer aux institutions financières aussi bien les banques que les Etablissements de microfinance (EMF) un dispositif de partage de risque sous forme de garanties de portefeuille et de garanties individuelles.

A travers ce dispositif, les autorités entendent apporter une réponse efficace à l’épineux problème de financement des PME, pourtant ces entités de production constituent l’essentiel du tissu économique du pays. Cet accompagnement devrait leur permettre de conforter leur rôle de moteur dans la croissance économique. La SGG viendrait en soutien aux entreprises en octroyant des garanties aux établissements financiers qui vont accompagner les PME dans des financements à court, moyen et long termes.

« Les PME doivent se rapprocher de leurs banques traditionnelles afin de voir dans quelle optique ces banques-là peuvent financer les PME. Sachant que nous avons deux produits qui vont dans le cadre de la garantie. Nous avons une garantie de portefeuille qui est silencieuse et une garantie individuelle. Donc, l’approche des PME aujourd’hui, ce n’est pas ne pas venir vers la SGG, mais aller plutôt vers les banques. Parce que, nous allons apporter des mesures d’assouplissement des conditions d’accès aux crédits auprès des banques», a indiqué la direction générale de la SGG.

Le dispositif de garantie dispose que la SGG couvre à hauteur de 50%, les risques liés aux crédits accordés aux PME. Toutefois, un bonus est réservé aux PME créées par les femmes qui pourront bénéficier d’un taux de couverture de 75%. Faute de garanties suffisantes, les PME éprouvent d’énormes difficultés pour accéder aux crédits bancaires, raccourcissant leur durée de vie à moins de dix ans selon les organisations patronales.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *